Concours photo – Les gagnants

Le gagnant du concours photo
“Restez nature!”

Semaine 6

C’est une photo d’un geai des chênes (Garrulus glandarius) photographié dans le quartier de la Meinau – rue des Bouvreuils très précisément – qui a séduit le jury.
L’auteure, Isabelle Jacquillard Dobbs, est une fidèle participante au concours et n’était déjà pas loin d’être lauréate les semaines précédentes. Sa régularité et la constante qualité de ses prises de vue se voient finalement récompensées.

Geai des chênes © Isabelle Jacquillard Dobbs

“ Je suis vraiment heureuse que ces soit cette photo qui ai été retenue parce que ma passion pour la photo animalière a débuté par une belle plume que j’ai ramassé un jour sur mon circuit. J’ai mené ma petite enquête et depuis que je savais que c’était une plume de geai, je me suis mis en quête de cet oiseau. Ce geai perché dans un pin, je l’avais déjà repéré lors de mes sorties précédentes et je crois qu’il s’était habitué à me voir passer avec mon appareil et mon téléobjectif », raconte la photographe.
Le geai des chênes est l’oiseau sentinelle de nos forêts. C’est lui, qui par un cri assez rêche, alerte les autres espèces d’une intrusion humaine ou de la présence d’un prédateur. Une autre particularité de ce corvidé est d’enfouir plus de nourriture qu’il n’en consomme. Les réserves de glands et des faines qu’il cache sous la litière de feuilles mortes contribuent ainsi à la régénération naturelle de la forêt.

Le diaporama des plus belles photos de la semaine 6

C’était la dernière semaine du concours. Un grand merci à tous les participants…
A bientôt ?

Semaine 5

Une trentaine de photographies était en compétition pour cette cinquième semaine du concours « Restez nature ». Une fois encore ce sont les oiseaux qui ont été à l’honneur : faucon crécerelle, martin-pêcheur, héron cendré, grimpereau, rouge-gorge, tourterelles turcs, rouge-queue, mouettes rieuse… l’avifaune urbaine ou péri-urbaine est décidément très riche et les eurométropolitains à les observer (et les photographier) sont plus nombreux qu’on ne le pense.

Pic noir © Guy Kuntzner

C’est une photo d’un pic noir (Dryocopus martius) photographié sur une souche de châtaignier en forêt de La Wantzenau par Guy Kuntzner qui a finalement été retenue par le jury. “ Ce pic noir attend tranquillement le déconfinement. A-t-il une attestation ?”, demande avec malice le photographe. Cette espèce difficile à photographier malgré sa taille imposante (avec près de 50 cm c’est le plus grand des pics sous nos latitudes) est un habitué des forêts autour de Strasbourg. On peut aussi l’observer dans les parcs jusqu’au cœur de la ville, la présence de grands arbres et de bois mort restent cependant des éléments déterminant de son biotope.
Le cliché représente un mâle que l’on reconnaît à sa calotte d’un rouge vif, la femelle n’ayant qu’une petite tâche rouge à l’arrière de la tête. Se nourrissant de fourmis et d’insectes xylophages le pic noir est aussi un précieux auxiliaire dans la lutte contre les scolytes qui ravagent actuellement certaines parcelles des Vosges.

Le diaporama des plus belles photos de la semaine 5

Semaine 4

De nombreux clichés de qualité pour la participation de cette semaine avec de superbes photos d’oiseaux notamment. C’est pourtant un insecte mal aimé que le jury a choisi de mettre à l’honneur. Il s’agit d’un frelon européen photographié au centre de Lingolsheim fin novembre par Didier Moerschel. Le cliché vaut autant pour sa précision que pour la saison à laquelle il a été pris, la présence de l’insecte à l’entrée de l’hiver étant une nouvelle illustration de la réalité du changement climatique.

Frelon européen © Didier Moerschel

“ Le frelon n’est pas du tout agressif tant qu’on ne s’approche pas de son nid et il est relativement difficile à photographier de si près. Comme il ne butine pas (c’est un carnivore amateur surtout d’abeilles), il ne se pose que rarement suffisamment longtemps pour laisser le temps au photographe de lui tirer le portrait”, précise le photographe. Chose faite, et de fort belle manière, avec ce gros plan qui nous transporte au royaume des petites bêtes.

Fin d’un règne ou début d’un autre ?

Le frelon européen, Vespa crabro, est un insecte social fonctionnant autour d’une reine qui pond à partir du printemps des œufs pour former une colonie d’individus qui auront à charge de s’occuper du nid (élever et nourrir les larves, chasser, protéger, nettoyer, etc.).
Au début de l’automne, la reine commence à produire des adultes sexués mâles et femelles. L’accouplement a lieu en vol comme chez les abeilles et se termine au sol. Une fois fécondées, les futures reines vont se nourrir par leurs propres moyens et partir à la recherche d’endroits abrités dans le sol, des tas de bois ou diverses anfractuosités (troncs pourris, talus moussus, murs de pierres sèches, etc.) où passer l’hiver. Pendant cette période, elles seront les seules de la colonie (et pas toutes) à survivre. C’est sans doute une de ces reines en recherche de territoire que Didier Moerschel a réussi à fixer sur le capteur de son appareil photo.
Une fois à l’abri, les reines se mettent en diapause jusqu’au prochain printemps où elles chercheront un endroit pour installer leur propre nid.

Le diaporama des plus belles photos de la semaine 4

Semaine 3

Cette semaine, c’est Christian Frauli, un fidèle participant à notre concours qui se voit récompensé.
” En milieu de matinée, jolie rencontre dans le parc du Bois Romain à Eckbolsheim, paré de ses belles couleurs d’automne, avec cet échange de regard entre l’oiseau et le photographe”, raconte le lauréat (et ornithologue de renommée).

© Christian Frauli

La mésange à longue queue (orite à longue queue pour les scientifiques…), n’est pas une “vraie” mésange. Plus rare que la mésange charbonnière ou la mésange bleue, elles se déplacent souvent en petites bandes agitées qui attirent l’attention par leur chant (tscherr, tscherr…). Il semble servir de cri de ralliement entre les individus et maintien la cohésion du groupe. Une autre particularité de l’espèce est son nid presque composée presque exclusivement de mousse et de lichen. Un vrai chef d’œuvre d’architecture, un modèle d’isolation thermique et de camouflage.

Le diaporama des plus belles photos de la semaine 3

Semaine 2

Vous avez été encore très nombreux à participer à notre concours cette semaine. De très beaux clichés nous sont parvenus… mais le jury a craqué pour la photo de Flavien Manguila prise au cimetière ouest de Cronenbourg. Il s’agit d’un magnifique pic vert femelle* en quête de nourriture sur fond de feuillage d’automne.

© Photo Flavien Manguila

Une image à la fois artistique et documentaire d’une grande précision qui met en lumière une des caractéristiques des pics : leurs pattes sont munies de longues griffes qui agissent comme de véritables crampons et permettent à ces oiseaux de grimper aisément le long des troncs d’arbre en prenant appui sur les plumes de la queue (les rectrices) qui sont à la fois flexibles et robustes. Le pic vert, grand amateur de fourmis, est le pic qui s’aventure le plus au sol et on peut l’observer dans la plupart des parcs de l’Eurométropole.
* Le mâle a un bandeau rouge dans la moustache noire.

Le diaporama des plus belles photos de la semaine 2

Semaine 1

Pour cette première semaine ce sont près de 50 photographies qui nous sont parvenues. Ecureuils, chevreuils, papillon, sauterelle, chardonneret, mésange à longue queue, geai, mais aussi paysages et petits détails qu’il fallait voir … une belle diversité dans les envois et un choix difficile pour le jury !

Photo Gilles Maussion

La photo qui a finalement obtenu le plus de suffrages est celle de Gilles Maussion. Sa photo a été prise à Eschau au niveau de la passerelle du canal du Rhône au Rhin lors d’une promenade par un après-midi d’automne, juste après le passage d’une ondée. Une belle ambiance d’automne qui mêle l’urbain et la nature, une composition réussie avec un parapluie rouge pour étendard. Comme quoi on peut faire de belles images par tous les temps.

Le diaporama des plus belles photos de la semaine 1

Le concours est terminé depuis le 20 décembre.
Un grand merci à tous les participants.